La Gazette du flamant rose s’intéresse aux Hyérois de tous poils, la preuve :

Envie de zen, de sérénité tout en dégustant un bon café ? d’une expérience originale pour la pause déjeuner ? Paillette, Chaussette, O’Brien, Kheops, Cybelle, Néron et les autres vous attendent au café des chats. C’est Valentine, 27 ans, Hyéroise, qui a eu l’idée : « Cela faisait longtemps que j’y pensais, c’était une évidence de créer un tel endroit à Hyères qui est une ville qui bouge et que j’adore. Et je travaille entourée de chats, le rêve pour moi ! »

Le café des chats

Sur le modèle des Neko bar (Neko signifiant chat en japonais), Valentine installe son projet dans une ancienne ferronnerie dans le quartier de la gare, derrière Ludolem. Beaucoup de travaux et d’aménagements plus tard, l’Instant chat ouvre fin 2017. Un peu cachée – ce qui est voulu pour garantir un maximum de tranquillité aux chats – néanmoins très accessible, l’adresse se fait connaître par bouche à oreille et via les réseaux sociaux. Les clients sont aussi bien des curieux, que des amoureux des chats ou des gens qui cherchent un endroit sympa pour le tea time.

Et l’expérience vaut d’être vécue. L’accueil est extraordinaire. Après avoir passé le sas d’entrée, il ne faut pas attendre longtemps avant qu’un hôte à poils vienne vous saluer. Les autres dorment, jouent, vous observent et finissent par vous aborder. Certains tentent directement de squatter : vos genoux, votre journal, votre sac, bref, des chats quoi. Et quand Paillette, un chaton de 3 mois couleur écaille de tortue, vient se lover contre vous pour faire sa sieste pendant que vous savourez votre espresso accompagné d’un maxi cookie, vous êtes juste super bien !

Soin et adoption

Le concept pourrait prêter à sourire ou à polémiquer, ce qui a été le cas lors de l’ouverture en 2013 à Paris du premier « bar à chats » français. Les associations de protection des animaux ont exprimé leur inquiétude face à cette exploitation animale à des fins commerciales. La démarche de Valentine est guidée par le souci du bien-être de ses pensionnaires et la cause des chats en général qui ne sont pas à la fête dans les communes varoises, comme partout ailleurs. « Je me suis rapprochée de 2 associations qui ont pour objet la stérilisation et le nourrissage des chats errants sur le bassin toulonnais. Tous les chats présents ici sont à l’adoption » explique Valentine. Récupérés en plus ou moins bon état dans la rue par une association, placé en famille d’accueil le temps de se refaire une santé, un chat arrive chez Valentine stérilisé, pucé, vacciné, bref apte au service. « Depuis l’ouverture du salon de thé, 110 chats ont trouvé une maison. En moyenne un chat reste 1 mois ici avant d’être adopté. Je restreints volontairement à une dizaine le nombre de chats, pour garantir le confort, le calme et la sérénité de tous, animaux comme clients » précise Valentine. Paillette, maintenant en train de ronronner sur mes genoux, est arrivé il y a 10 jours et part demain dans sa nouvelle famille.

Lutter contre l’abandon et la prolifération

Mais pour un Paillette sorti de la rue, combien d’autres chats tentent de survivre dans nos villes ? En France on estime à 10 millions le nombre de chats errants, presque autant que de chats de compagnie, un vrai fléau pour tout le monde : pour les communes qui ont une obligation légale de réguler la prolifération, pour les habitants qui peuvent subir des désagréments (bruit, hygiène…), pour les oiseaux chassés par tous ces prédateurs, enfin pour les chats eux-mêmes qui vivent une vie de misère se terminant plus ou moins vite et mal en général.

L’association des chats de Hyères fait ce qu’elle peut dans ce domaine depuis 2012. Sans refuge sur la commune, avec très peu de moyens alloués par la mairie, en complément de l’action insuffisante de la fourrière, les bénévoles Hyérois nourrissent, soignent et font stériliser. Alexandra, secrétaire de l’association, explique : « Nous sommes 10 bénévoles qui nourrissons 200 à 300 chats mais il y en a beaucoup plus en souffrance et en errance à Hyères. Par exemple certains campings sur la presqu’île de Giens débordent de chats, abandonnés par les vacanciers, c’est un phénomène qui prend de l’ampleur. Nous estimons que nous faisons 30 % de ce qui devrait être fait en matière de stérilisation et de puçage. Nous n’avons pas les moyens de faire davantage. » Quand on sait que la descendance d’un couple de chats peut atteindre plus de 20 000 individus en 4 ans, on comprend qu’il est urgent d’agir. Alexandra poursuit : « Les chats errants ne sont pas de la vermine, ils la chassent : rongeurs de toutes sortes, souris, rats, continuent, comme depuis la nuit des temps, à être régulés par les chats. Les chats errants sont pour beaucoup d’anciens chats de compagnie, qu’on a abandonnés et qui se sont reproduits. »

Avant d’avoir un chat chez soi :

– On y réfléchit à 2 fois en terme de budget, de longévité (15 à 20 ans d’espérance de vie pour un chat en maison)
– On se renseigne sur ses besoins, et sur ce que l’on peut attendre d’un chat histoire de ne pas être déçu parce qu’il passe son temps à pioncer (15 à 16 heures/jour en moyenne…)
– Pour se faire une idée, on passe prendre un café régulièrement à l’Instant chats
– Quand on est ok avec tout ça, on n’oublie pas de stériliser Mirza, de le pucer (obligation légale) et de le vacciner.

Les chats et les oiseaux de Hyères vous disent merci ! Sur ce je vous laisse, je suis attendue par Néron et Kheops pour le goûter !

L’instant chats :  16 avenue Paul Bourget à Hyères, ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h. Café-salon de thé et restauration rapide (salades et tartines) en continue.
Devenir bénévole ou aider, consulter la page facebook de l’association des chats de Hyères

—————————————————————

Rédaction : Aude Flambard

Crédit photos : Fred Régine

Texte & Photos soumis à des droits spécifiques – Utilisation interdite sans notre accord

La reproduction et l’utilisation des photos, des vidéos et des textes de La Gazette du Flamant Rose sont interdites sans notre accord et sont autorisées uniquement avec notre accord !

578 Partages